Commentaires concernant l'occupation du convoi

Après 18 jours sans grand mouvement pour mettre fin à l'occupation, beaucoup de choses se sont passées. Je souhaite prendre le temps de mettre la communauté au courant et de réfléchir à ce qui s'est passé de mon point de vue. (C'est long, soyez indulgent avec moi !)

Tout d'abord, je dois exprimer ma profonde frustration quant à la réponse de la police à l'occupation de notre ville. Il ne fait aucun doute que des erreurs ont été commises et qu'un examen complet doit avoir lieu. Le chef de la police doit être tenu responsable de son manque de leadership et de planification. Je reconnais qu'il s'agissait d'une situation fluide avec des éléments dangereux, mais le Chef a prêté serment de faire respecter la loi pour assurer la sécurité des résidents de cette ville, ce qui n'a pas été fait.

Je ne suis pas un expert en maintien de l'ordre, mais je crois que le premier échec majeur s'est produit avant même l'arrivée du convoi principal à Ottawa. Qu'il s'agisse d'un échec tactique ou d'un échec de renseignement, permettre aux camions de s'installer confortablement dans nos quartiers du centre-ville était une erreur.

Le deuxième échec majeur, à mon avis, est que le chef Sloly ne s'est pas mobilisé pour mettre fin à la manifestation dans les jours qui ont suivi le premier et avant le deuxième week-end. À ce moment-là, le point avait été fermement établi et les manifestants auraient dû être évacués en dehors des rues de la ville. Lors d'une réunion d'information spéciale le 2 février (jour 6), après que le chef ait déclaré qu'il n'y avait "peut-être pas de solution pour la police", je lui ai demandé si les quelque 1 000 agents dont il disposait n'étaient pas suffisants pour contenir les 250 manifestants qui restaient en prévision d'une résurgence attendue le week-end (ce qui souligne le potentiel inquiétant d'affrontement entre manifestants pro-occupation et anti-occupation). La réponse que j'ai reçue était "non, ce n'est pas suffisant".

Immédiatement après cette réunion (le 3 février), j'ai commencé à demander à la ville de déclarer l'état d'urgence. J'ai été satisfaite que le dimanche 6 février, le maire en fasse l'annonce. Pour moi, c'était envoyer un message clair à nos agences provinciales et fédérales : nous avons besoin d'aide.

Le lendemain, le lundi 7 février, nous avons tenu une réunion spéciale du conseil au cours de laquelle une litanie de motions a été adoptée pour renforcer notre réponse. Les principales d'entre elles étaient deux demandes spécifiques adressées aux gouvernements provincial et fédéral : 1 800 agents supplémentaires et que la GRC prenne le contrôle de la Cité parlementaire. Nous sommes aujourd'hui le 16 février, et malgré de nombreux reproches, aucune de ces demandes n'a été satisfaite.

Le 11 février, le premier ministre de l'Ontario nous a finalement donné un peu de confiance, en décrétant l'état d'urgence de la province et en déclarant que la police recevrait les outils dont elle a besoin pour nettoyer notre ville des perturbations, avec des amendes pour non-conformité pouvant atteindre 100 000 $ et un an de prison. Cependant, ma frustration a atteint un point d'ébullition ce week-end, alors que nous avons vu les ressources que notre ville a demandées être détournées vers d'autres régions, ou ne pas se matérialiser du tout. Il est devenu évident que la frontière internationale était la priorité des autres niveaux de gouvernement, tandis que nos résidents continuaient à souffrir.

J'ai été mis au courant de l'accord négocié entre les organisateurs du convoi et le maire pour déplacer les camions hors des zones résidentielles. Je restais sceptique quant à la volonté de ce groupe d'aller jusqu'au bout, mais aujourd'hui, nous avons assisté à un effort concerté pour déplacer les véhicules des rues perpendiculaires à la rue Wellington, pour les relocaliser devant la colline du Parlement. Ce n'était pas une décision du Conseil, et je ne sais pas comment cela contribuera à atteindre l'objectif de mettre fin à l'occupation le plus tôt possible, mais je suis les progrès et je suis heureuse que les résidents du centre-ville puissent obtenir un répit de la perturbation.

Le développement le plus significatif d'aujourd'hui a été l'invocation par le gouvernement fédéral de la Loi sur les urgences. Je demande depuis longtemps que les gouvernements fédéral et provincial prennent leurs responsabilités et agissent. Cette occupation se produit en réponse à leurs politiques, et pourtant, la ville d'Ottawa a été laissée seule dans ce combat nationale. La Loi sur les urgences donnera au gouvernement fédéral de nouveaux outils, et j'ai bon espoir qu'avec cette reconnaissance de responsabilité, nous recevrons enfin les ressources dont nous avons besoin ici à Ottawa pour mettre fin à l'anarchie.

J'ai dénoncé le manque de coordination multi-juridictionnelle dans la gestion d'événements extrémistes de cette nature. J'ai soulevé cette question au conseil municipal, en interpellant le chef Sloly sur l'absence de plan global d'anticipation des soulèvements politiques dans la capitale de notre pays. Cela continue de me laisser perplexe. Il est essentiel qu'une fois l'occupation terminée, la Ville d'Ottawa collabore avec les gouvernements de l'Ontario et du Canada pour mettre en place la législation nécessaire afin que les résidents d'Ottawa n'aient plus jamais à faire face à ce point de vue et à cette inaction face aux manifestations illégales. Je suis un résident de longue date de cette belle ville, et lors de mes récentes visites au centre-ville, je ne la reconnais pas. Ce n'est pas seulement à cause des fumées, du bruit, des camions, des drapeaux et des panneaux, mais aussi à cause du sentiment de malaise. Pour les résidents du centre-ville, cette situation n'a été rien de moins que traumatisante. Je le sais parce que j'ai entendu les témoignages de nombre d'entre eux.

Je reconnais que les mandats et les restrictions en matière de santé publique continuent de diviser notre communauté et, en tant que votre représentant élue, je vous encourage à me faire part directement de vos commentaires. Moi aussi, je suis heureuse de constater une évolution vers une vie avec le virus, mais nous ne pouvons pas oublier que des millions de Canadiens ont été vaccinés et se sont pliés à des restrictions exaspérantes pour que nous puissions en arriver là. Vous n'êtes pas obligé d'être d'accord avec la politique du gouvernement, et vous ne devriez pas non plus diffamer les autres parce qu'ils ont une opinion différente. J'implore les membres de notre communauté de traiter leurs voisins avec gentillesse et respect. Mais en même temps, il faut aussi faire preuve de respect pour le processus démocratique. Le changement forcé des politiques par la loi de la foule n'est pas la façon dont nous fonctionnons au Canada, et je ne le supporterai pas.

Une chose qui m'a fait chaud au cœur pendant cette période difficile, c'est que de nombreux résidents du quartier de Cumberland m'ont contacté pour me demander comment ils pouvaient aider nos voisins du centre-ville. J'ai travaillé avec mes collègues du centre-ville pour m'assurer qu'ils reçoivent le soutien dont ils ont besoin. Lors du conseil municipal de la semaine dernière, j'ai profité de ma brève déclaration pour dire que toute la ville éprouve une profonde empathie pour ce qui se passe en son cœur. Je n'ai cessé de demander à tous mes collègues d'agir de manière non partisane et de travailler ensemble pour soutenir les résidents d'Ottawa.

Il s'agit d'une situation que je n'aurais jamais pu imaginer rencontrer au cours de ma première année et demie en tant que conseillère municipale, mais j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour demander une réponse plus adéquate et vous tenir informés.

Si vous avez des préoccupations à faire valoir avant notre réunion, n'hésitez pas à me contacter : catherine.kitts@ottawa.ca.

0 vue0 commentaire